mouqawalati

esSalamou 3alaïkoum, salut, azzul, hi, saha, hola
mouqawalati

forum de rencontre des créateurs d'entreprises, des business-angels, des consultants & des fournisseurs d'équipements

Prévision actuelle sur l’Algérie


Navigation


    2012 l'année de Malek Bennabi?

    Partagez
    avatar
    mouqawal
    Admin

    Messages : 53
    Date d'inscription : 15/02/2010
    Age : 106
    Localisation : Alger

    2012 l'année de Malek Bennabi?

    Message par mouqawal le Ven 30 Déc - 23:37

    salam,

    Bennabi avait parlé de la civilisation musulmane ... en expliquant qu'elle a commencé à décliner à la bataille de Safin ... il donne des détails ... Il dit que lorsque Mou3awya et Ali ont combattu l'un contre l'autre cela a été le début de la fin ... c'est à partir de ce moment qu'il y a eu la séparation entre le religieux et le politique ... et c'est ce qui a été le coup de grâce ... après cette scission ... les savants ont été écartés du champ politique alors qu'avant à l'époque du prophète (saws) le religieux englobait tout ... le champ social, politique, économique etc ... mais après cette bataille on a écarté les savants du politique ... et ont leur a demandé de ne s'occuper que du dogme de la foi etc ...

    Les savants mou3tazilites au pouvoir ... les autres savants étaient pour beaucoup en prison voir fouetter en place public comme l'imam shafi3i raa ...

    Depuis cette bataille de safin ... les savants ont commencé à débattre sur des sujets de foi pendant des heures, des jours, des mois voir des siècles ... comme la barbe, le pantalon sous les chevilles etc ... se sont des débats qui ne datent pas d'hier mais depuis des siècles ... et Bennabi l'explique justement par le fait que les savants au lieu de s'occuper de social, d'économie, de politique etc ... ont été mis sur le banc de touche et malheureusement ils n'ont produit aucun travail dans ces domaines ...

    Bien sur on trouvera qq savants qui sortiront du lot ... mais ils sont une goutte d'eau comparé à la masse ...

    Aujourd'hui on trouve des savants qui disent que la politique cela ne nous interesse pas ... le plus important c'est la foi ... la aquida ... le reste ne sert à rien ...

    Ou alors, on trouve, ceux qu'on a appelé "les fous d'allah" qui pour eux l'Algérie devrait revenir à l'ère du salaf pour " retrouver toute sa plénitude et tout son développement.

    En contemplant une citation de Sieur Bennabi (raa) ( Une civilisation trouve son équilibre entre le spirituel et le quantitatif entre la ninalité et la causalité. »

    je me demande si l'"équilibre" cité par cet éminent visionnaire, ne vient pas casser la loi du tout ou rien, du blanc ou noir?


    On est en 1433 de l'hégire ou si vous voulez, à la veille de l'année 2012 et l'on se demande aujourd'hui plus qu'hier, si devant l'échec de l'économie mondiale (celle de la monnaie usurière) si le glas n'a pas sonné pour nous Algériens, Maghrébins, musulmans d'entrevoir une idéologie sociale et économique plus équitable s'inspirant de notre culture arabo-musulmane?

    Est-on capable de rêver qu'un modèle économique propre à nous puisse un jour refaire surface (en 2009, alors Ministre Français de l'économie, Christine Lagarde avait veillé à installer une commission spécialement pour entrevoir les possibilités qu'offre la finance islamique dans l'économie Française et ... même Européenne)
    et vous Qu'en pensez vous?
    avatar
    mouqawal
    Admin

    Messages : 53
    Date d'inscription : 15/02/2010
    Age : 106
    Localisation : Alger

    Re: 2012 l'année de Malek Bennabi?

    Message par mouqawal le Ven 30 Déc - 23:54

    'ali abd al-Raziq a écrit en 1924 son livre intitulé: "l'islam et les fondements du pouvoir", traduit par 'abdou Filali Ansary qui a écrit un tout petit livre intéréssant qu'il a appelé "l'islam est-il hostile à la laicité?" où il décrit ce que tu as mentionné, ce traumatisme enfoui dans l'incoscient des musulmans suite à la fin du calfiat al-râshid (bien qu'il place déjà la rupture juste aprés la mort du Prophète sws, pour lui, juste aprés, c'est la politique qui va décider, hypothèse sujette à discussion).

    Il faut dire que les gouverneurs omeyyades et abbassides n'avaient aucun intérêt à ce que les savants se mêlent à leurs affaires, sauf si c'est de manière complaisante. Et effectivement, on sait ce que al-Mâmûn a commis une fois au pouvoir, la justice humaine/divine ô combien prônée par les mutazilites était finalement un leurre.. Le sunnisme a dés le départ observé une sorte de complaisance envers les gouverneurs (à juste titre ou pas ?), tant qu'ils appliquent la Loi sur l'Etat, ils peuvent rester au pouvoir et il ne faut point se révolter, il faut conserver l'unité de la Oumma même avec un chef injuste, le conseiller plutôt que se rebeller etc..

    Ces gouverneurs ont tout de même encouragé les sciences profanes et la littérature, beaucoup de choses ont été faites durant le regne des abbassides surtout: Ibn al-Haytham, al-Khawârizmî etc... il fallait juste ne pas s'intéresser à la politique, sinon tous les débats religieux voire inter-religieux étaient tolérés...

    Aujourd'hui, la réforme initiée par l'école al-Manâr a été mise à mal par le colonialisme qui en a été le déclencheur, et par la radicalisation d'une partie des réformistes (à partir de Réda pour aboutir au néosalafisme), retour aux sources est devenu synonyme de sclèrose de la pensée... ceci en réponse peut-être aux tentations déstabilisantes de quelques orientalistes pas trés scientifiques relayés par des islamophobes, des évangénisltes, des coranistes etc.. le débat sur l'islam est difficile et pas trés serein, mais restons optismistes!

      La date/heure actuelle est Mar 27 Juin - 20:28